17 octobre 2012 – Cyprien KATSARIS

On 17 octobre 2012

Cyprien-Katsaris par Carole-Bellaiche-MG-1981 Cyprien KATSARIS
« Un individualiste puissant aux doigts étincelants… Il a un profil musical prononcé qui le place dans une catégorie loin au-dessus des représentants banals de l’École internationale du piano moderne. »
Extrait de l’ouvrage de référence Les Grands Pianistes – de Mozart à aujourd’hui de Harold C. Schonberg, le célèbre critique musical du New York Times.
Cyprien Katsaris, pianiste et compositeur franco-chypriote, est né à Marseille le 5 mai 1951. Dès l’âge de quatre ans il commence à apprendre le piano avec Marie-Gabrielle Louwerse, au Cameroun, où il passe son enfance.

Après avoir suivi sa formation musicale au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Aline van Barentzen, Monique de la Bruchollerie (Premier Prix de piano, 1969), René Leroy et Jean Hubeau (Premier Prix de musique de chambre, 1970), il est lauréat de divers concours internationaux tels que le Concours International Reine Elisabeth de Belgique, dont il est le seul lauréat d’Europe de l’Ouest en 1972, le Concours International Cziffra qu’il remporte en 1974 à Versailles (Premier Grand Prix), et la Tribune Internationale des Jeunes Interprètes-UNESCO en 1977 à Bratislava. Il a aussi reçu le Prix de la Fondation Albert Roussel (Paris 1970) et le Prix de la Fondation Alex de Vries (Anvers 1972).

C’est à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, qu’il donne son premier concert, le 8 mai 1966, en tant que « Chevalier » du Concours pour jeunes talents « Le Royaume de la Musique » ; il joue la Fantaisie hongroise de Franz Liszt, avec l’Orchestre Symphonique d’Ile-de-France dirigé par René-Pierre Chouteau.

Sa carrière internationale le conduit à collaborer avec les plus grands orchestres : Philharmonique de Berlin, Orchestre Symphonique allemand de Berlin, Staatskapelle Dresden, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, Orchestre Symphonique de la SWR, Orchestre de Chambre de Vienne, Cleveland, Philadelphie, Detroit, Washington D.C., Montréal, Toronto, Vancouver, Royal Concertgebouw Amsterdam, Orchestre Philharmonique de Rotterdam, Orchestre du Brabant, Orchestre de la Résidence de la Haye, NHK (Tokyo), Philharmonique du Japon, Orchestre de Chambre de Corée, Philharmonique de Moscou, Orchestre Symphonique Académique de Saint-Pétersbourg, Orchestre Philharmonique d’Helsinki, Tapiola Sinfonietta, Orchestre Philharmonique George Enescu de Bucarest, Orchestre Symphonique d’État d’Athènes, Orchestre Symphonique d’État de Thessalonique, Camerata d’Athènes, Orchestre Symphonique de la RAI de Milan, Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre de Chambre d’Europe, Budapest Festival Orchestra, Orchestres Nationaux de Bordeaux-Aquitaine, Lille, Montpellier, Strasbourg, Oxford Philomusica, Auckland Philharmonia, Orchestre Philharmonique de la ville de Mexico, dont il est le soliste du concert inaugural (1978) etc., ainsi que les plus grands chefs, parmi lesquels Léonard Bernstein, Myung Whun Chung, Sir Simon Rattle, Sir Charles Mackerras, Mstslav Rostropovich, Charles Dutoit, Nikolaus Harnoncourt, Jean-Claude Casadesus, Serge Baudo, Marc Soustrot, Christoph von Dohnányi, James Conlon, Ivan Fischer, Antal Dorati, Rudolf Barshai, Stanislaw Skrowaczewski, Vladimir Fedoseyev, Kent Nagano, Sandor Végh, Jukka-Pekka Saraste, Leif Segerstam, Dmitri Kitajenko, Andrey Boreyko, Christopher Warren-Green, Zdeněk Mácal, Marios Papadopoulos, Xian Zhang, Paul Mann, Paul Polivnick, Byron Fidetzis, Alkis Baltas, Myron Michailidis, Alexandros Myrat… et Karl Münchinger, qui, à l’occasion de son concert d’adieu en 1986, l’avait invité à jouer le Concerto en ré majeur de Haydn avec l’Orchestre de Chambre de Stuttgart.

Le « Katsaris Piano Quintet » a été accueilli avec enthousiasme par la presse et le public sur le continent Américain, en Europe, et au Japon.

Cyprien Katsaris a réalisé une impressionnante discographie pour Teldec (Grand Prix du Disque Frédéric Chopin, Varsovie 1985 ; Grand Prix du Disque Franz Liszt, Budapest 1984 et 1989 ; British Music Retailer’s Association’s Award, 1986 ; Disque de l’Année 1984, Allemagne, pour la 9e Symphonie de Beethoven/Liszt), Sony Classical, EMI, Deutsche Grammophon, BMG-RCA, Decca, Pavane, PIANO 21.

Parmi les œuvres des grands maîtres (de Bach à Boulez, en passant par Beethoven, Schubert, Grieg, Scriabine, Ravel etc.) enregistrées par Cyprien Katsaris, figurent le Second Concerto de Brahms avec Eliahu Inbal et le Philharmonia (Londres), les deux concertos de Mendelssohn avec Kurt Masur et l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig (dont Mendelssohn avait été le directeur musical), et l’intégrale des concertos de Mozart qu’il a enregistrée live et jouée à Salzbourg et à Vienne, avec Yoon K. Lee et l’Orchestre de Chambre Philharmonique de Salzbourg.

Il s’est également attaché à faire revivre à travers le disque en première mondiale des partitions oubliées, tels que l’arrangement pour piano par Beethoven de son Ballet Les Créatures de Prométhée, le Concerto dans le style hongrois de Liszt/Tchaikovsky avec Eugène Ormandy et le Philadelphia Orchestra, ainsi que la version originale pour piano et voix, par Gustav Mahler, du Chant de la Terre, avec Brigitte Fassbaender et Thomas Moser.

En 1992, la Télévision Japonaise NHK a produit avec Cyprien Katsaris une série de treize émissions sur Chopin, consistant en un récital et des cours d’interprétation. Le 17 octobre 1999, les mélomanes new-yorkais ont offert à Cyprien Katsaris une « standing ovation » à l’issue du récital qu’il a donné au Carnegie Hall en mémoire de Frédéric Chopin, le jour du 150ème Anniversaire de la disparition du compositeur. Le 27 janvier 2006, jour du 250ème anniversaire de Mozart, il fut le soliste du concert inaugural de l’Orchestre Mozart de Mannheim fondé et dirigé par Thomas Fey. En mars 2006, il a été le premier pianiste à donner des masterclasses dans la maison de Franz Liszt à Weimar, depuis que le compositeur y enseigna lui-même pour la dernière fois en 1886, l’année de sa mort. En août 2008, il a été invité à donner deux concerts dans le cadre des Jeux Olympiques de Pékin au National Center for the Performing Arts. En plus de la création mondiale d’un concerto pour dix pianos et orchestre intitulé China Jubilee, du compositeur Cui Shiguang, il a improvisé sur une mélodie de l’Antiquité grecque et sur des mélodies chinoises, entre autres thèmes, en hommage à l’universalité des Jeux Olympiques.

Les cinéastes Claude Chabrol et François Reichenbach (lauréat d’un Oscar) ont filmé Cyprien Katsaris en concert.

Il est cité entre autres dans les ouvrages suivants : TheGreatPianists: FromMozarttothePresent ; TheNewGroveDictionaryofMusicandMusicians ; DieMusikinGeschichteundGegenwart: AllgemeineEnzyklopädiederMusic (MGG) ; Baker’sBiographicalDictionaryofMusicians ; HarenbergKlaviermusikführer: 600 WerkevonBarockbiszurGegenwart ; David Dubal, The Art of the Piano: Its Performers, Literature and Recordings.

Cyprien Katsaris a siégé aux jurys des Concours Internationaux Chopin (Varsovie 1990), Liszt (Utrecht 1996), Prix Vendôme (Paris 2000), Marguerite Long-Jacques Thibaud – Ville de Paris (2001) et Beethoven (Bonn 2005). Il a également donné des masterclasses : Mozarteum de Salzbourg, Université de Toronto, Académie des Arts de Hong Kong, Mannes College of Music (New York City), Conservatoire Royal de La Haye, Académie des Arts de Mexico, Conservatoire de Shanghai. Par ailleurs, il a été Directeur artistique du Festival International d’Echternach au Luxembourg entre 1977 et 2007.

Cyprien Katsaris a été nommé « Artiste de l’UNESCO pour la Paix » (1997), « Commandeur de l’Ordre de Mérite du Grand-Duché de Luxembourg » (2009) et « Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres » (2000). Il a reçu la « Médaille Vermeil de la Ville de Paris » (2001) et le « Prix Nemitsas » (Chypre, 2011). Il est membre de l’ADAP (Association des Artistes pour la Paix).

« J’ai eu la chance d’entendre Cyprien Katsaris dans son éblouissante interprétation du 3e Concerto de Rachmaninov et aussi dans une magnifique exécution du dernier de mes Vingt Regards. Sa technique d’acier, sa fougue, sa force et son autorité, sa brillance enfin, font de Cyprien Katsaris un merveilleux pianiste, et j’ai la plus entière confiance en son avenir. »
Olivier Messiaen

« Je suis convaincu que Cyprien Katsaris représente la plus grande valeur artistique de sa génération. »
György Cziffra

« Il est un pianiste majeur et, même mieux, un artiste majeur. »
Harold C. Schonberg

Programme

Cyprien Katsaris

– «Hommage à F. Liszt» 
Improvisation spontanée sur divers thèmes

Franz Schubert

– Sonate n° 23 en si bémol majeur, D. 960
 Molto moderato, 
Andante sostenuto
, Scherzo (Allegro vivace con delicatezza), 
Allegro ma non troppo

Frédéric Chopin

– Wiosna (Printemps • Frühling) 
(n° 2 des « 6 Chants Polonais » de Chopin arrangés par Liszt)

– Mazurka op. 24, 2

– Nocturne op. 9, 2

– Valse op. 64, 2

– Larghetto du Concerto en fa mineur, op. 21
 Transcription pour piano seul : Frédéric Chopin

Franz Liszt

– Concerto pour piano et orchestre n° 2 en la majeur, S. 125 
Transcription pour piano seul : Cyprien Katsaris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading Facebook Comments ...